Impulse Insight : 3 cas d’usage de l’intelligence artificielle dans la mode

Image module


L’intelligence artificielle, tout le monde en parle, mais personne ne sait exactement comment elle peut nous aider. Manon Trescazes, étudiante de l’IFM, nous en dit un peu plus à travers trois usages concrets de l’IA dans la mode


Pour beaucoup, mode et intelligence artificielle sont deux domaines d’expertise incompatibles. Pourtant, si l’intelligence artificielle peut parfois faire peur et susciter de nombreux débats – notamment concernant sa propension à se substituer à l’être humain – elle n’en reste pas moins un outil de développement économique important pour les marques de mode. Pour preuve, de nombreuses start up se sont lancées dans l’aventure et proposent désormais des solutions basées sur cette technologie, à destination des acteurs évoluant sur le marché de la mode. Coup d’œil sur trois de ces entreprises innovantes.


Heuritech pour la prédiction de tendances


Pour toute marque évoluant dans le secteur, être dans la tendance et en phase avec les attentes et les envies des clients est primordial. Analyses des inspirations des saisons passées, études de tendances, suivi de l’innovation, les marques multiplient les actions pour construire une offre à la fois tendance et en accord avec leur ligne créative, veillant à limiter les risques. Pour aider les marques dans la création de leur offre, Heuritech, grâce au deep learning, détecte et analyse le contenu de millions d’images partagées sur les réseaux sociaux (en particulier Instagram) pour mesurer et détecter les tendances en matière de styles, couleurs, formes, etc. Fondée en 2013 par Tony Pinville et Charles Ollion, et récompensée par le LVMH Innovation Award en 2017, Heuritech en utilisant l’IA, est capable de procurer des données pertinentes aux marques, concernant les usages faits par leur clientèle sur une ou plusieurs typologies de produits. Comme l’illustre Tony Pinville, « si les robes à volant deviennent une tendance en Chine, nous le saurons. Dès lors, nous apportons cette connaissance au commerçant. » Les résultats de cette innovation sont donc pluriels puisqu’au-delà de permettre une étude approfondie des tendances, Heuritech offre aussi l’opportunité d’une meilleure segmentation de la clientèle mais aussi d’analyse, saison après saison.


daco pour le benchmark et l’équilibre de l’offre


Les marques ont toujours étudié ce que faisaient leurs concurrents afin de mieux adapter leur offre et gagner des parts de marché. Ces études de concurrence, jusqu’alors réalisées par l’humain, sont essentielles, mais l’intensification de la concurrence avec l’arrivée du digital et du mobile demande des benchmarks de plus en plus rapprochés et détaillés, humainement très compliqués à réaliser. La solution de daco ? Industrialiser le benchmark concurrentiel et permettre aux marques de mode d’être plus réactives dans l’ajustement de leur offre. Ainsi, Claire Bretton, Anis Gandoura et Paul Mouginot aident depuis septembre 2016 les marques de mode et marketplaces à mieux comprendre leur environnement concurrentiel. Comment ? « Nous segmentons les millions de produits des différents concurrents dans des centaines de catégories très raffinées, et nous identifions les produits comparables entre eux, grâce à l’intelligence artificielle » explique Claire Bretton. La jeune entreprise utilise notamment la reconnaissance d’images et met à disposition de ses clients une plateforme SaaS (Software as a Service). Ainsi, en fonction des données récoltées visibles sur les tableaux de bord qui leur sont procurés, les marques de mode sont plus aptes à prendre des décisions concernant leur offre produits en bénéficiant d’une meilleure visibilité sur l’offre et la demande, et améliorent leur taux d’écoulement. « La data, au service de la création », comme l’explique Maximilien Abadie, directeur de la stratégie de Lectra. Soutenue par les deux meilleurs accélérateurs en Europe, le Lafayette Plug’n play et Vente Privée Impulse à Station F, daco compte déjà parmi ses clients Vente Privée, Cache-Cache ou encore les Galeries Lafayette.


Fashwell pour la vente online

Passé le développement de collection, les produits doivent maintenant faire écho auprès des client(e)s, aussi bien en boutique que sur le site en ligne. Cependant, transformer l’intérêt pour un produit de la part du client en achat est un processus souvent compliqué et long. Bien souvent, le potentiel acheteur ne parvient pas à trouver en ligne le chapeau qu’il a par exemple repéré sur un magazine ou vu porté par une personnalité sur les réseaux sociaux. Vite découragé ou par manque de temps, il se désintéresse et portera son dévolu sur un autre article, peut être proposé par un concurrent… Afin de faciliter ce passage à l’acte, Fashwell, créée en 2014 et basée à Zurich en Suisse, propose deux solutions visant à faciliter la transition entre voir le produit et l’acheter en ligne.
Solution numéro 1, la recherche visuelle. Elle permet aux utilisateurs de rechercher les produits sans avoir à utiliser de mots. Les acheteurs envoient ou téléchargent l’image voulue et des photos de produits s’y rapprochant, venant d’une base de données préalablement constituée, sont alors proposées avec le nom de la marque, facilitant l’achat.
Solution numéro 2, le tag automatique. Fashwell permet d’annoter automatiquement les produits d’une marque lors de sa mise en vente sur le site marchand. A travers de puissants algorithmes, Fashwell est capable de produire tous les tags reliés à un produit, comme la couleur, la forme, la matière ou encore le style. L’intelligence artificielle agrégeant constamment les nouvelles tendances, les tags s’enrichissent et permettent ainsi aux marques de maintenir la qualification de leurs produits actualisée.

Heuritech, daco et Fashwell sont trois exemples d’application de l’IA dans la mode. D’autres start up, innovantes elles-aussi dans leurs solutions, prouvent que mode et intelligence artificielle sont compatibles. Les applications liées à cet outil technologique permettent une plus grande agilité et pertinence chez les marques de mode et transforment d’ores et déjà leur manière de travailler. L’enjeu étant d’accepter une « IA qui aide à sortir de sa zone de confort et à être plus créatif » comme l’a exprimé Julien Tauvel, fondateur de l’agence de design prospectif Imprudence, lors d’une conférence tenue à l’Institut Français de la Mode. Un outil au service de la croissance donc.
La question est maintenant de savoir comment nous, humains, voulons-nous utiliser cet outil révélateur de nos ambitions, et dans quelle mesure sommes-nous capables d’accepter l’intelligence artificielle dans notre quotidien ?


Crédit photo : Purple Fashion Magazine / Paul Mouginot

Image module
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: