Inside Impulse

La construction de l’accélérateur #1 by Henri-François Martin

Image module

Vous vous demandez comment vente-privee en est venu à créer son accélérateur corporate ?

Nous avons toutes les réponses à vos questions et on laisse Henri-François Martin, Head of vente-privee accelerator, vous raconter l’histoire de vente-privee IMPULSE

Premier épisode… 

En janvier 2016, quelques mois avant l’ouverture de STATION F et dans une phase de popularisation de l’entreprenariat en France, la direction de vente-privee me chargeait de construire  son accélérateur de start-up.

Après plusieurs années de croissance externe via joint-venture faisant de vente-privee un acteur de taille européenne et face à l’apparition d’inertie opérationnelle propre aux grands groupes, cette démarche d’open innovation devait accroitre  notre agilité, la productivité de nos métiers  toujours dans le but d’améliorer et réinventer l’expérience d’achat en ligne de nos membres.

  • 1er étape: Définir sa mission, sa légitimité et sa création de valeur

Dans mon passé d’entrepreneur, j’ai eu la chance d’être accompagné par des structures d’accompagnement comme l’incubateur HEC, le réseau entreprendre Paris, Scientipôle dans la phase de création de mon activité. J’ai ainsi pu expérimenter aussi bien les qualités que les limites d’un écosystème d’accompagnement français que je sépare en 3 grandes familles.
Les incubateurs sont performants dans la phase de création de la start-up où il faut passer de l’idée à la commercialisation du produit/service. S’ils ont la méthodologie et le réseau de mentors permettant d’encadrer efficacement les entrepreneurs dans leurs premiers mois, leur capacité à générer de la croissance pour les start-up ne fait pas partie de leur proposition de valeur.

Les « accélérateurs » traditionnels sont quant à eux assimilables en de nombreux points aux fonds de venture. Ils prennent de l’equity en contrepartie d’un coaching intense et d’un accompagnement jusqu’à un premier  tour de levée de fonds sur lequel ils pourront faire un effet de levier et ainsi se rémunérer.

Enfin il y existe quelques références de structures corporate comme le programme Microsoft ou Orange qui existent depuis plusieurs années.

Pour que notre démarche d’open innovation soit attractive, il fallait être complémentaire de ces acteurs tout en garantissant des résultats quantifiables et rapides aussi bien pour les collaborateurs de  vente-privee que nous allions engager dans cette aventure que pour les start-up.

En tant que corporate, nous ne sommes pas des professeurs ni des leveurs de fonds. Notre légitimité est business, technique et produit. C’est pourquoi nous avons proposé un programme dont l’engagement est de tester la technologie de la start-up sur vente-privee (site et application mobile). Par ce POC, elle applique son produit à des millions d’utilisateurs ou à des milliers d’employés selon la nature de l’outil et se garantie ainsi une légitimité et visibilité accélérées sur son marché. En contrepartie vente-privee obtient rapidement des réponses tangibles sur des innovations qui ont un intérêt aussi bien pour nos marques partenaires que pour nos millions de membres.

Nous nous donnons ainsi la capacité de de rester un acteur innovant du E-commerce dans un univers concurrentiel où, comme l’explique Ilan BENHAIM co-fondateur de vente-privee, « la compétition ne se fait plus entre les gros et les petits mais entre les rapides et les lents ».

Par cette équation gagnante-gagnante, nous proposons un accompagnement innovant faisant le pont entre grand groupe et start-up tout en permettant  de générer de la croissance sans prise de participation ou forfait payant. 

Il ne restait plus qu’à structurer notre mode de fonctionnement en interne, identifier nos premières start-up, recruter l’équipe de l’accélérateur et accompagner avec succès une première promotion…

  • La suite au prochain épisode…

Image module
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: