Impulse Insight :Intraprendre – Why & How ?

Image module

Focus sur les B&B – projet intrapreneurial de vente-privee.com à Station F

La démarche

Intraprendre. Vous nous direz, « quel est ce nouveau verbe qui ne fait pas franchement partie de la langue française ? » Ce à quoi on vous répondra : « Not yet ! ». Laissez-nous vous expliquer de quoi nous allons parler aujourd’hui.

A Station F, nous sommes tous les jours entourés de startupers, d’entrepreneurs, de belles idées et de belles prises de risques. Et la prise de risque, ça va avec le fait d’entreprendre. C’est vouloir changer les choses, et tenter de révolutionner le monde. Chez IMPULSE, nos startups travaillent chaque jour pour réinventer et construire le e-commerce de demain.

Pourtant, il n’y pas que les startups qui collaborent avec nos équipes et elles ne sont pas les seules à travailler à l’innovation chez vente-privee. C’est le cas de l’équipe intra vente-privee, plus connus chez nous sous le nom des « B&B », qui se sont lancés il y a quelques mois dans un projet d’intrapreneuriat.

Pour clarifier l’idée, intraprendre c’est entreprendre en entreprise.  On donne l’opportunité aux collaborateurs de développer des idées innovantes et des projets pour répondre à des besoins d’innovation avec des talents qui font déjà partie notre entreprise, afin de répondre à de gros enjeux de transformation.

Pour progresser on innove!

First things first, on insistera bien sur le fait qu’un projet intrapreneurial ne pourra véritablement fonctionner que s’il s’inscrit dans une logique de culture d’entreprise. Il est en effet capital que la stratégie de l’entreprise fasse écho à une vraie culture de l’innovation.

Alors, on se dira peut-être innover oui, mais comment être efficace et challengeant en interne ? La réponse : INTRAPRENDRE. Un projet intrapreneurial permettra de mettre en  place le développement rapide et accéléré d’une solution, d’une nouveauté grâce à une équipe de talents internes, aux compétences variées.

Un des points clés de l’intrapreneuriat, c’est de garder les talents au sein de l’entreprise en leur proposant des challenges nouveaux sur des questions à gros enjeux.

Comme le définirait Benjamin Aubertel (un des deux B à la tête de nos « B&B »), un des gros point fort d’un projet intrapreneurial, en comparaison de l’entrepreneuriat, c’est de pouvoir bénéficier du « support d’un grand groupe au service de l’innovation, avec la liberté d’intraprendre. »

Et pourquoi se décider d’intraprendre plutôt que d’entreprendre ?

On peut dire qu’on jouira d’autonomie de la même manière que si on était entrepreneur de son propre projet. Chez vente-privee, les « B&B » ont été libres autant dans leur créativité que dans la gestion de leur budget ou de la constitution et la gestion de leurs équipes.

Et d’autre part, côté budget, lorsqu’on rejoint un projet intrapreneurial, pas besoin d’hypothéquer sa maison ou de demander un crédit à sa banque personnelle. C’est effectivement un des avantages majeurs de l’intrapreneuriat, et c’est souvent ce qui est très mis en avant : l’accès à des ressources, qui sont allouées par le groupe.

Comme le dit « Benjamin Blamoutier (l’autre B de nos « B&B »), la principale différence entre entreprendre et intraprendre c’est « l’accès aux ressources, aux compétences et aux infrastructures d’un grand groupe ».

Finalement en quelques mots, un « intrapreneur » c’est comme un entrepreneur mais qui prend un peu moins de risques et avec plus de ressources.

Comment faire pour que ça marche ?

Résumer comme cela, l’intrapreneuriat ne semble avoir aucun défaut. Mais sous cette présentation aux airs un peu utopique se cachent aussi des défis clés, à ne pas oublier pour être sûr que le projet soit un succès. En effet, lorsqu’on entreprend en entreprise, on n’aura pas toujours la chance de bénéficier de la culture de pivot, propre au monde entrepreneurial et à l’écosystème startup. Or, pouvoir « pivoter », c’est-à-dire changer de voie et recommencer, est parfois le meilleur moyen de réussir et d’apprendre pour mieux rebondir. Sans cultiver non plus la stratégie de l’échec, le milieu entrepreneurial conçoit que l’erreur peut aussi avoir des aspects bénéfiques. L’idée derrière cela, c’est que recommencer peut aussi signifier apprendre, se remettre en question et rebondir.

Or, pouvoir implémenter un peu de cette culture à la culture d’un grand groupe, c’est essentiel pour assurer le bon déroulé et le succès d’un projet intrapreneurial. Par ailleurs, il faut souligner que si l’intrapreneuriat n’est pas l’entrepreneuriat, ce n’est pas non plus un projet interne classique. La recette magique (s’il en existe une) serait peut-être alors d’innover dans la gestion du projet en elle-même en se détachant – légèrement- des circuits traditionnels.

Comme l’avançait Léa de Fierkowsky dans une interview donnée quelques mois plus tôt à daco.io, il faut parfois savoir sortir l’intrapreneur de son milieu et de sa boîte, mais aussi l’encourager à sortir des circuits de décisions traditionnels. On espère que cette recette (magique ou non) fonctionnera pour l’équipe des « B&B ». Effectivement, ceux-ci travaillent depuis plusieurs mois à quelques bureaux de nous à Station F, en étant ainsi loin tout en restant proches. Pour eux, c’était donc l’occasion de penser « out-of-the-box » dans une stratégie de co-construction en travaillant avec des équipes engagées.

Finalement, intraprendre au sein d’un grand groupe ce n’est pas toujours simple : mais les B&B ont pu travailleur sur leur projet depuis septembre 2017 avec un objectif précis à atteindre et en voient bientôt le bout.

Ils ont cherché, réfléchi, douté, recommencé mais leur concept est maintenant bientôt prêt à voir le jour et sera lancé en grandes pompes en octobre prochain.

« Débrouillardise, créativité et passion » trois mots pour résumer l’expérience qu’ont vécu les « B&B ». On n’aurait pas trouvé mieux pour conclure sur ce comment, pourquoi et quand « intraprendre » !

Stay tuned !

Image module
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: