Trendy Topic : Mode et Ecologie

Image module

Chaque semaine nous abordons la smart fashion sous un angle différent. Cette semaine nous allons parler de la mode et de l’écologie. ET SI DEMAIN VOTRE MATIERE PREFEREE ETAIT ISSUE DE BOUTEILLES EN PLASTIQUE ?

L’habillement, les accessoires sont les témoins d’une société, d’une époque, d’une tradition, d’une personnalité. Ce secteur s’inspire de nos modes de vie, des changements, il a la capacité de s’adapter au fil du temps. Toujours en quête de créativité, d’inspiration, d’air frais les créateurs n’hésitent pas à s’ouvrir et embrasser les tendances.
Dans le passé, nous nous concentrions sur différents paramètres pour débriefer et juger la qualité du travail d’un défilé : originalité des formes, le jeu des textures, l’association des couleurs et les sources d’inspiration du créateur.
Aujourd’hui, un nouveau paramètre est fortement attendu par la société, l’engagement.
Si l’engagement social prend une place non négligeable sur les catwalk, le développement durable est un phénomène qui ne cesse également de croître, The green attitude you know ! (Les Echos, 2016). Les mots d’ordre ? RALENTIR et proposer des ALTERNATIVES.
Est-ce que dans le futur cette nouvelle quête de sens et d’engagement sera-t-elle directement portée par le secteur de l’habillement ? Dans tous les cas, chaque année de nouvelles pépites proposent des alternatives qui nous permettent de profiter d’un de nos plaisirs préférés (Shopping dixit !) En diminuant l’impact négatif que cela pourrait représenter.
Dans ce contexte : Quels sont ces nouveaux terrains de jeux pour les start up fashion de demain ?

A la recherche de nouvelles matières

L’innovation, la créativité sont les ingrédients de ces nouvelles pépites qui recherchent des alternatives. Nous nous sommes particulièrement attardés sur ces nouvelles matières qui vont du polyester recyclé, en passant par les multiples fibres de nouveaux ingrédients qu’on n’aurait jamais imaginés ailleurs que dans notre assiette : lait, algue, maïs, soja, coco, lotus, eucalyptus ou encore les plumes de poulet agricoles, ou même la soie d’araignée qui est réputée pour ses nombreuses vertus ! Ces matières sont majoritairement conçues grâce à la fermentation du sucre.
D’ailleurs, certaines entreprises du secteur textile ont même décidé de parier sur ces nouvelles matières innovantes. Parmi celles-ci, la marque Patagonia est spécialisée dans le tissu en bouteilles recyclées ; Ananas Anam et son cuir d’ananas, ou encore la marque Ecolaf qui utilise des filets de pêche, des pneus, ou du café par exemple !

La réinvention des procédés de production

Nous faisons de nouveau appel au champ lexical de la cuisine, en effet les vertus de la nature n’ont pas fini de nous surprendre. Il existe aussi différentes manières de teindre du textile : L’oignon et la grenade en sont les principaux exemples comme peuvent nous le prouver les marques Whole et Local Colours.
Plus respectueuses de l’environnement, ces nouvelles méthodes permettent de réduire le gaspillage alimentaire, ainsi que le contact de produits chimiques nocifs avec notre peau. Bon point pour la démarche écoresponsable !
Il ne reste plus donc qu’à espérer que les nouvelles matières innovantes telles que la fibre optique utilisée pour la création de tissus lumineux deviennent, elles aussi, à terme, un exemple de prise de conscience écologique afin de pouvoir continuer à profiter de notre passion tout en prenant soin de notre santé & environnement.
Pour en savoir plus sur les possibilités qui existent nous avons rencontré Clément, créateur de Hoopal marque prometteuse du milieu fashion qui s’est donné pour mission de « créer la marque la plus belle du monde avec le moindre impact environnemental sur la planète »

L’invité

Image module

Impulse : Bonjour Clément, est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur toi

 

Hopaal : Hello Flore, avec plaisir ! Ça fait maintenant plus d’un an que l’aventure Hopaal a commencé et la suite du programme semble prometteuse : on va en effet ouvrir la semaine prochaine de nouveaux bureaux à Biarritz, je suis donc avant tout ravi de voir Hopaal avancer à ce rythme. J’ai toujours aimé me donner à fond dans des projets qui me tiennent à cœur, donc avec Hopaal ça colle plutôt bien !

La mission de Hopaal est de concrétiser et de matérialiser le bien dans des vêtements pour que chaque client Hopaal n’ait aucun doute sur l’origine et sur l’impact de son vêtement, il y a du pain sur la planche et c’est ce qui nous motive ! Je me suis orienté vers l’industrie du textile en 2015 car après 2 ans en école de commerce je voulais me rapprocher du secteur outdoor et notamment du milieu du ski et du surf.

Durant mon année de césure en 2015 j’en ai donc profité pour rejoindre une formation d’ingénieur textile technique à Annecy puis un atelier de confection à Bangalore (Inde). Cette année m’a permis de saisir les enjeux liés à cette industrie et de cogiter aux solutions que Hopaal pourrait apporter. Passionné de nature c’est tout naturellement que Hopaal a dès le début eu un penchant prononcé pour la préservation de l’environnement.

Cette sensibilité – que je partage avec mon associé fondateur Mathieu – vient de mon éducation, de lectures et du temps passé en montagne. Mon frangin est guide et gardien de parc naturel dans les Alpes, forcément ça pousse à la curiosité et quand on connaît son environnement on a souvent envie de le protéger !

 

Impulse : L’entrepreneuriat a-t-il toujours été ton « dada »?

 

Hopaal : J’ai mis le doigt sur l’entrepreneuriat et sa définition seulement vers mes 21 ans. Avant je pense que je ne savais absolument pas ce que ça voulait dire. Cependant même si je n’avais pas la bonne définition j’ai toujours été à fond dans la création de projets, fan d’aventures et d’explorations, qui pour moi sont aussi une forme d’entrepreneuriat.

 

Impulse : Peux-tu nous raconter un peu l’histoire d’Hopaal?

 

Hopaal : Hopaal a vu le jour l’été 2015 quand avec Mathieu on travaillait tous les deux au Pays Basque. À ce moment-là on s’est mis d’accord pour créer la marque la plus belle du monde avec le moindre impact environnemental sur la planète. C’est un peu cliché mais on passait pas mal de temps à l’eau et on pouvait témoigner directement de la pollution de l’océan, des plages et ça ne nous plaisait pas.

Il nous a fallu 6 mois pour affiner l’idée puis 6 autres mois pour développer nos premiers prototypes de vêtements 100% recyclés.

Nos premières collections ont été réalisées grâce à deux partenaires indiens car étant directement sur place début 2016 c’était plus pratique pour nous. En Juin 2016 on a testé le concept avec une campagne sur KissKissBankBank qui a été très prometteuse et on a donc ouvert notre site en octobre 2016 : www.hopaal.com.

En Décembre 2016 on a terminé nos études et dès janvier 2017 on s’est mis à fond sur Hopaal en se donnant 1 an pour décoller et créer une équipe digne de ce nom. Le pari a plutôt bien marché car nous sommes 5 et déménageons la semaine prochaine à Biarritz. Entre temps on a lancé le Pull du Futur, entièrement recyclé et Made in France. D’ici l’été 2018 tous nos vêtements seront Made in France. On pense en effet que si on vend en France et en Europe, il vaut mieux que nos vêtements soient confectionnés le moins loin possible. Ça implique des coûts mais c’est le coût d’un vêtement bien fait.

Aujourd’hui on a une gamme de vêtements basiques et on cogite désormais à des produits plus sophistiqués. En Avril on sortira ainsi une chemise et une veste, elles sont incroyables. Je pense que Hopaal a passé sa première année haut la main mais qu’on a encore nos preuves à faire dans plein de domaines. Comptez-sur-nous pour faire le maximum !

 

Impulse : Comment as-tu réussi à t’immiscer sur un tel marché?

 

Hopaal : Le marché du textile est immense, c’est un mastodonte dans lequel il y a une offre pharaonique. En face, la demande est aussi très importante. Le positionnement de Hopaal est simple : on joue sur l’esthétique, le recyclage et l’implication de nos clients. Je pense que c’est le fait d’être transparent qui nous permet d’être compris de nos clients et donc de pouvoir aborder le marché à notre manière sans déglinguer la planète.

 

Impulse : Quel serait LE message que tu aimerais faire passer à tous les consommateurs?

 

Hopaal : Osez. Osez demander plus de transparence aux grandes enseignes, osez comprendre les mécanismes et les processus de production, osez demander ce qui se cache derrière les prix, derrière les réductions, derrière les mots qu’on ne connaît pas, osez refuser une offre pour ne pas regretter un achat 2 jours plus tard.  » Le vrai pouvoir, c’est la connaissance « , quand on a les clés en mains tout devient plus facile.

Chez Hopaal on est convaincu que si on explique bien tout à nos clients, il n’y a pas de raisons pour qu’ils ne soient pas d’accords avec nous vu qu’on fait le maximum pour tout faire au mieux, c’est notre responsabilité en tant que marque. En tant que consommateurs notre responsabilité est de donner aux bonnes enseignes les moyens de se développer : quand je paye ma carotte locale 0,4€ plutôt qu’une carotte de Russie 0,35€, je vote pour un choix de société et permet au petit producteur local de se développer. Avec un peu de chance dans 1 an s’il grandit bien ses carottes passeront à 0,35€. Ça vaut pour un T-shirt à 15€ fait en Chine et un T-shirt à 45€ fait en France : à chaque fois qu’on consomme, on vote.

 

Impulse : Et quelle serait ta vision idéale de la mode de demain?

 

Hopaal : La mode a de beaux jours devant elle car les challenges à relever sont nombreux. Maintenant qu’on a mis le doigt sur tous les travers de cette industrie, il faut les résoudre. Je suis résolument optimiste pour la suite, de plus en plus d’initiatives voient le jour pour transformer la mode et un réel changement de consommation est en train de s’opérer. J’ai juste hâte que tous les grands groupes commencent à se bouger dans ce sens.

La mode idéale sera celle qui respecte toutes les étapes de la chaîne de valeur, qui ne détraque pas la planète et qui permettra à chacun d’affirmer le style qui lui convient. Avec tout ça comme ingrédients, la recette de la mode idéale devrait être plutôt pas mal !

Image module
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d bloggers like this: